pontos.de.vista > expositions > Sofia Quintas > Alfama est facile d'aimer
Alfama est facile d'aimer 2002-2003
auteur: Sofia Quintas exposition individuelle
Sofia Quintas
> Alfama est facile d'aimer
2002-2003

Les musulmans l?apellaient, dans le VIIIéme siécle, Al-Alhaman (la fontaine) à cause de ses fontaines publiques qui fournissaient de l?eau potable à Lisbonne. Alfama finissait dans la mer e dans une énorme plage qu?entourrait Lisbonne.

Dans les siécles XIV et XV était un quartier oú les minorités ethniques vivaient. Lá habitaient les juifs qui travaillait dans les chantiers navaux aux entrées d?Alfama. À présent seulemnt le nom de la Rue de la Juiverie (Rua da Judiaria), une ombreuse et melancolique ruelle d?Alfama, évoque l?ephémère existence de ce quartier juif.

Alfama abrite les Études Générales dans les siécles XV et XVI. Bien que restreint dans la fin du XVéme siécle, le nombre d?étudiants justifiat la création de ce embryon universitaire, qui a resté dans la Rue des Écoles Générales (Rua das Escolas Gerais) jusqu?a ce qu?il a été transféré pour Coimbra dans l?année 1537.

Alfama est une des zones de Lisbonne qui a survécu le tremblement de terre de 1755, et à travers d?elle ont peut imaginer comment était Lisbonne à cet temps lá.

Dans le XIXéme siécle Alfama a beaucoup de petits ateliers relégués par le ?progrès? pour le dehors de la ville. Dans ce quartier existaient des usines de tannage, de biscuits, des abattoirs, poteries, récuperation de chiffons et papiers usés , de bougies et de cire.

Aujourd?hui est essentielement un quartier dortoir et historique de la ville de Lisbonne, oú ce n?est pas difficile se perdre. Des impasses, rues, ruelles qui s?articulent entre soi liés par des volées de escaliers qui montent le dénivellation de la coline.

C?est dans ce monte et descend qu?on avance découvrant um monde différent des avenues cosmopolites, des centres comerciaux ou des magazins de la mode. Marchant par les ruelles, on sent une autre atmosphère, oú ni le tumulte urbain nos dérange, comme si cella était un monde à part?un micro-cosme dans l?européene Lisbonne.

Parmi ces rues étroites qui exhalent des odeurs et saveurs, tragédies et histoires d?amour on sent le fado. ?Desgarrado? ou ?vadio? (deux façons différents de le chanter), c?est facille trouver un petir coin, parmi les bistrots, qui accueillent les appréciateurs de cet art si lusitanien.

Tout ce lá est Alfama, un quartier qu?on peut appeler labyrinthique, confus, aggloméré, polychrome, tortueux, contorsionniste, plein de étreintes de ruelles et de baisés, arcs, ruelles d?ordures, impasses, grands escaliers et plans, passages de service et cours.

Essentielement c?est un quartier traditionnel, une de ces oú les voisins se connaîssent et parlent d?une porte à l?autre ou d?une fenêtre
à l?autre...comme dans l?époque des musulmans et des juifs.

Text Sofia Quintas
Sources
?História de Lisboa?, Dejanirah Couto, Gótica 2000; Site Lifecooler.

photos >>>

36 photos de:
 Sofia Quintas


publié:
2003.12.01


português . english . français